Entreprises

Concilier vie privée et vie professionnelle

Le rôle de l’entreprise

Depuis 30 ans, avec l’arrivée massive des femmes sur le marché du travail, de nouvelles organisations du travail ou encore l’évolution des structures familiales, les pouvoirs publics ont favorisé la prise en compte de la parentalité ainsi que la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle dans le monde de l’entreprise.
L’organisation du travail est au cœur des enjeux de conciliation des temps de vie. De plus en plus d’entreprises engagent des démarches permettant à leurs salariés un meilleur équilibre entre leurs vies professionnelle et personnelle. Ces démarches sont issues de la volonté de faire progresser l’égalité homme-femme au travail et sont axées sur la petite enfance. Les enjeux de l’articulation des temps sont cependant plus larges. Cette question sociétale riche et complexe est au carrefour des multiples engagements des individus.

Traiter cette question impose aux entreprises de prendre en considération plusieurs dimensions : l’aspiration des individus à concilier une vie professionnelle satisfaisante avec une vie sociale et familiale épanouie ; la prise en charge de la dépendance et des salariés "aidants familiaux" ; les mutations du travail.

Malgré les progrès accomplis, des résistances culturelles subsistent au sein de l’entreprise : il est encore difficile pour un homme de demander un congé parental, un temps partiel ou d’aménager ses horaires pour contraintes familiales. La culture de l’hyper-présence est prégnante et la performance d’un salarié se mesure souvent à l’amplitude de ses horaires et à sa disponibilité.


Chiffres clés

  • 34 %* des salariés indiquent avoir des difficultés à concilier travail et autres engagements (27 % en 2009). Les plus concernés sont les cadres, les 30-39 ans et les salariés des petites entreprises.
  • 16 %* des salariés s’occupent régulièrement d’un proche, dépendant ou malade.
  • 23 %* des salariés (34 %* de cadres) déclarent travailler à domicile, en dehors de horaires de travail.
  • 33 %* des salariés mettent une heure ou plus pour se rendre à leur travail (31 % en 2009) ; 20 % estiment que ces conditions de trajet sont difficiles. 39 % des salariés ayant un trajet d’1 à 2 heures, et 74 % de ceux qui ont un trajet de 2 à 3 heures estiment leurs conditions de trajet difficiles.
  • 75 % des salariés estiment que les entreprises ne font pas grand-chose pour les aider à mieux concilier vie professionnelle et personnelle

Source : Observatoire de la Parentalité en Entreprise 2012

  • 2 % des congés parentaux sont pris par des hommes. Source : guide ORSE 2012

*Baromètre Santé et Bien-être au Travail 2014 - Malakoff Médéric


Les enjeux pour l’entreprise

L‘articulation des temps de travail et de vie personnelle répond à des enjeux importants, qui varient d’une entreprise à l’autre :

  • Faire progresser l’égalité réelle au travail entre hommes et femmes.
  • Réduire l’absentéisme et certaines formes de présentéisme.
  • Prévenir l’épuisement des salariés aidants.
  • Favoriser l’engagement des salariés.
  • Contribuer à la performance de l’entreprise et à son attractivité.
  • Enjeu de santé : les horaires de travail atypiques facilitent ponctuellement la vie du salarié, mais ont des effets sur sa santé et son maintien dans l’emploi (exemple du travail de nuit pour les parents se consacrant à leurs obligations familiales le jour).
  • Répondre aux exigences de la RSE, en termes notamment de lutte contre les discriminations, de respect de la diversité, de promotion de la santé au travail.


Les femmes plus concernées par cette problématique

La charge de conciliation entre travail et vie familiale pèse essentiellement sur les femmes. Ces dernières sont plus impactées que les hommes dans leur vie professionnelle par les charges familiales qui relèvent de la parentalité, mais aussi du soutien de parents dépendants. Les observations montrent que la réalité n’est pas synonyme d’égalité dans la vie professionnelle, ni dans le partage des tâches dans la vie familiale et parentale.

  • 4 femmes sur 10 connaissent une modification de leur activité professionnelle après une première naissance, 6 sur 10 à la 3ème. En comparaison, l’impact des naissances sur la situation professionnelle des hommes est faible et varie peu au fil des naissances.
  • Près de 3/4 des femmes salariées déclarent avoir pris un congé pour enfant malade, contre 34 % de leur conjoint (Source Brigitte Grésy, rapport 2011).
  • Une famille sur cinq est monoparentale en France. Dans 80 % des cas, la mère a la charge de la vie quotidienne des enfants (Source : étude du centre d’études de l’emploi-2007).
  • Les aidants en France représentent 15 % de la population active et 2/3 sont des femmes. Selon une enquête de la DRESS, 1 aidant sur 4 doit prendre des congés pour assurer ce rôle.
  • Les 2/3 des aidants souhaiteraient aménager leur temps de travail mais n’osent pas en parler.


Un enjeu bien au-delà des responsabilités familiales

"Les questions d’articulation entre vie familiale et vie professionnelle se posent tout le long de la vie, et pas seulement au moment de l’arrivée d’un enfant."
ANDRH

La meilleure articulation des temps entre le travail et la vie personnelle doit prendre en compte un certain nombre de paramètres, bien au-delà des seules responsabilités familiales :

  • Répondre aux besoins de diversification des formes de parentalité : augmentation du nombre de familles monoparentales, volonté des pères de s’impliquer dans la vie parentale.
  • Répondre aux aspirations personnelles : engagement associatif, hobby, recherche de sens dans sa vie personnelle.
  • Prendre en compte le vieillissement de la population et l’accroissement des besoins de prise en charge de la dépendance ou de la maladie chronique. Les salariés ont besoin d’être soutenus dans leur rôle d’aidants familiaux : 3,9 millions de salariés sont confrontés à la situation d’un enfant, d’un conjoint, d’un parent en situation de handicap, de perte d’autonomie ou de maladie.
  • Intégrer les mutations sociétales, telles que le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication, et de nouvelles formes d’organisation du travail comme le télétravail.


Les dispositifs et leviers d’action

"L’organisation du travail est au cœur des enjeux de conciliation des temps."
Dominique Wandroz, Directeur Général Adjoint, Anact.

Les entreprises souhaitant contribuer à une meilleure conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle de leurs salariés disposent de nombreux moyens et leviers d’actions.

  • Mise en place de services d’aide à la vie quotidienne : conciergerie d’entreprise ou interentreprises, garde d’enfants, rapprochement entre lieu de travail et domicile par le recours accru au 1 % logement, partenariats avec les collectivités locales, actions avec les CE.
  • Soutien financier en faveur de la parentalité pour les parents de jeunes enfants (Cesu).
  • Meilleure articulation des temps de vies professionnelle et personnelle : aménagement du temps de travail, flexibilité des horaires, temps partiel annualisé ; amélioration de la prise de congés familiaux par les salariés parents ou aidants (congé de présence parentale, de soutien familial et de solidarité familiale) ; facilitation du retour à l’emploi après des congés familiaux (maintien du lien avec l’entreprise, bilan de compétences, organisation d’entretiens de reprise d’activité, droit individuel à la formation, validation des acquis de l’expérience, etc.).
  • Modalités d’organisation du travail  : développement du télétravail (peu développé en France), charte d’usage des NTIC et du respect du temps de travail (exemple : pas d’envoi de mails ou de réunions après 18h).
  • Prise en compte des enjeux de santé des salariés ayant des horaires de travail atypiques (horaires décalés, alternés, travail de nuit).
  • Sensibilisation et formation des managers.


Ce qu’il faut retenir

  • L’équilibre entre vie professionnelle et personnelle est un enjeu majeur pour la qualité de vie et l’engagement des salariés, ainsi que pour la performance des entreprises. Ce thème est présent dans l’ANI qualité de vie au travail signé en 2013.
  • La conciliation des temps de vie est un levier de progrès pour l’égalité réelle au travail entre hommes et femmes, mais ne doit pas être traitée seulement comme une affaire de "mères de famille".
  • Les difficultés de conciliation entre vies personnelle et vie professionnelle ont diverses origines, qui proviennent d’une charge de vie et de préoccupations personnelles complexes, mais aussi de l’environnement professionnel. La porosité des sphères personnelles et professionnelles renforcées par les outils technologiques mobiles fragilise les équilibres de vie.
  • En augmentation, les temps de trajet travail-domicile constituent une contrainte forte pesant sur l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle.
  • La dimension collective et organisationnelle est au centre de l’articulation des temps de vie. Directement concernée, l’entreprise joue un rôle pour diminuer les tensions en agissant sur différents leviers : organisation du travail, aménagement des temps de travail, soutien financier, prévention de la santé des salariés ayant des horaires de travail atypiques, formation du management.


Pour aller plus loin

Ministère des Affaires sociales et de la Santé

Ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes

Laboratoire de l’égalité

Charte de la parentalité en entreprise : initiée par SOS Préma et l’Oréal en avril 2008, cette charte incite les entreprises à proposer aux salariés parents un environnement mieux adapté aux responsabilités familiales. L’Observatoire de la parentalité en entreprise accompagne les entreprises signataires de la Charte dans la mise en place de leurs engagements.

Egalité professionnelle

ORSE

Anact