Le Groupe CRC

Étiquetage nutritionnel, ce qu’il faut savoir

Allégé en matières grasses, sans sucres ajoutés, riche en fibres...nous sommes souvent perdus face aux informations nutritionnelles contenues sur les emballages des aliments. Dois-je préférer les produits "allégés" ? Que signifie la mention "sans sucres ajoutés" ? Comment s’y retrouver ?


Qu’est-ce que l’étiquetage ?


L’étiquetage des denrées alimentaires est réglementé au niveau européen. On peut y retrouver trois types d’informations :

  • L’étiquetage informatif : comprend des mentions obligatoires telles que la dénomination de vente, la liste des ingrédients, les allergènes, la quantité, la date de consommation (DLC et DDM), et des mentions facultatives telles que les signes de qualité (label rouge).
  • L’étiquetage nutritionnel : obligatoire à partir de décembre 2016, il devra faire figurer la valeur énergétique ainsi que la quantité de matières grasses, d’acides gras saturés, de glucides, de sucres, de protéines et de sel pour 100 g ou 100 ml. La valeur d’autres nutriments peut également être indiquée par le fabricant. L’étiquetage nutritionnel est un élément important puisqu’il permet au consommateur de comparer les aliments entre eux.
  • Les allégations : il en existe un grand nombre, allégation générale, allégation nutritionnelle, allégation de santé ou encore allégation relative à la réduction d’un risque de maladie. Ces mentions suggèrent qu’un aliment possède des caractéristiques particulières liées à son origine, sa nature, sa composition, ses propriétés nutritionnelles, etc.


Que doit-on regarder pour choisir ses aliments ?


1. La liste des ingrédients

Privilégiez les aliments dont la liste d’ingrédients est la plus courte.
Préférez les aliments avec le moins de colorants, d’arômes, de stabilisants, de gélifiants.
Vérifiez l’ordre des ingrédients. Les ingrédients sont classés par ordre décroissant en fonction de leur quantité dans l’aliment. Si le sucre est inscrit en première place, c’est qu’il est l’élément majeur.


2. L’étiquetage nutritionnel

Comparez les produits entre eux en vérifiant notamment la teneur en sucres et en acides gras saturés pour 100 g ou 100 ml de produits. Privilégiez les produits moins sucrés et moins gras.


3. Les allégations nutritionnelles

Les allégations nutritionnelles sont associées à l’étiquetage nutritionnel. Elles sont liées à la teneur d’un nutriment dans un aliment.


Les allégations sur le sucre* :

  • Allégé ou réduit en sucres : l’allégation signifie que le produit contient au minimum 30 % de sucres en moins qu’un produit similaire.
  • Sans sucres ajoutés : il n’a pas été ajouté de sucres ou de matières sucrantes lors de la fabrication du produit, mais le produit peut contenir des sucres naturellement présents.
  • Sans sucres : cette allégation signifie que l’aliment ne contient pas plus de 0,5 g de sucres pour 100 g ou 100 ml.


Les allégations sur les matières grasses* :

  • Allégé ou réduit en matières grasses : cette allégation signifie que le produit contient au minimum 30 % de matières grasses en moins qu’un produit similaire.
  • Faible teneur en matières grasses : l’aliment ne contient pas plus de 3 g de lipides pour 100 g ou 1,5 g de lipides pour 100 ml.
  • Sans matière grasse : l’aliment ne contient pas plus de 0,5 g de lipides pour 100 g ou 100 ml de produit.


Les allégations sur le sel* :

  • À teneur réduite en sel ou en sodium : cette allégation signifie que le produit contient au minimum 25 % de sel en moins qu’un produit similaire.
  • Pauvre en sel ou en sodium : l’aliment ne contient pas plus de 0,12 g de sodium soit 0,3 g de sel pour 100 g ou 100 ml de produit .
  • Très pauvre en sel ou en sodium : l’aliment ne contient pas plus de 0,04 g de sodium soit 0,1 g de sel pour 100 g ou 100 ml de produit.
  • Sans sel : l’aliment ne contient pas plus de 0,005 g de sodium pour 100 g ou 100 ml, une quantité très faible.


Les allégations doivent être prises en compte avec précaution, elles peuvent avoir un objectif marketing et être trompeuses pour les consommateurs.
Par exemple, un aliment portant l’allégation « sans sel » peut par ailleurs contenir une quantité importante de sucres et de matières grasses. Attention donc à ne pas réduire un aliment à l’une de ses composantes nutritionnelles.


*Source : RÈGLEMENT (CE) No 1924/2006 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 20 décembre 2006 concernant les allégations nutritionnelles et de santé portant sur les denrées alimentaires


L’arrivée des logos nutritionnels


Avec la loi de modernisation du système de santé, le gouvernement français souhaite améliorer l’information nutritionnelle sur les emballages alimentaires en la rendant plus simple et accessible et ainsi permettre aux consommateurs de comparer facilement les produits alimentaires entre eux.

A ce jour, il est possible de comparer la composition des produits grâce au tableau nutritionnel présent sur les emballages qui détaille les quantités de sel, d’acides gras saturés, etc, pour 100 g, 100 ml ou par portion. Cependant, les consommateurs ne savent pas tous les décrypter.

C’est ainsi qu’une grande concertation a été lancée pour déterminer un nouveau système d’information nutritionnelle. Quatre systèmes graphiques ont d’ores et déjà été proposés : Nutri-Score, SENS, Nutri Repère et Traffic Lights. Ces logos nutritionnels seront testés dès septembre 2016 dans plusieurs grandes surfaces. A suivre...


Pour en savoir plus, Etiquetage nutritionnel : Marisol Touraine annonce le lancement de l’expérimentation en septembre 2016