Entreprises

Le présentéisme

"Le présentéisme et l’absentéisme sont deux phénomènes liés."
Professeur Sébastien Richard, enseignant chercheur, Université de Lille 1


Définitions

  • Définition du Larousse (nouveau mot 2012 !)  : Présentéisme n.m. Fait d’être assidûment présent, notamment sur le lieu de travail.
  • Première définition scientifique (Lowe)  : Présence au travail associée à un surinvestissement professionnel.
  • Définition du présentéisme Arronsson – ANACT  : Présence au travail malgré des problèmes de santé physiques ou mentaux limitant la capacité productive.
  • Evolution de la définition dans le langage courant : Fait d’être physiquement présent au travail, mais avec un niveau de concentration et/ou d’efficacité faible.


Un phénomène d’ampleur

Selon le "Baromètre Santé et bien-être des salariés" 2014 de Malakoff Médéric, environ 9 % des salariés pourraient être considérés comme "présentéistes".

  • Ils sont surreprésentés chez les plus de 40 ans (69 % vs. 51 %), sous représentés chez les cadres (18 % vs. 27 %).
  • Ils ont des conditions de travail souvent pénibles physiquement, avec des postes mal adaptés. Ces salariés souffrent d’un déficit de reconnaissance, se sentent bloqués dans leur évolution et s’inquiètent fortement pour leur avenir professionnel (70 % vs. 36 %) et la situation financière de leur foyer (68 % vs. 40 %). Ils ont connu des restructurations (44 % vs. 31 %) ou des plans sociaux (15 % vs. 10 %).
  • Leur état de santé est dégradé : il est moyen (54 % vs. 26 %) ou mauvais (8 % vs. 4 %) et affecté par une maladie chronique pour 29 % (vs. 20 %) qui engendre le plus souvent une légère gêne. Ces salariés souffrent en permanence ou souvent de douleurs et de difficultés (vue, ouïe, mémoire) qui les gênent dans leur travail.
  • Ils présentent des troubles du sommeil fréquents (58 % vs. 28 %) dont les répercussions se font sentir dans le travail.
  • Ils ressentent des difficultés à concilier travail et engagements personnels (44 % vs. 32 %), du fait des horaires et de leur charge de travail. Ces salariés connaissent des changements et des soucis personnels, se sentent isolés dans leur vie, ce qui entraîne chez eux stress (68 % vs. 45 %) et déprime (38 % vs. 18 %).


Comment le diagnostiquer ?

S’il existe des signes directs d’absentéisme, il est plus difficile de repérer les salariés "présentéistes". Le principal signe de présentéisme est la baisse de performance d’un collaborateur. On peut en mesurer l’ampleur et les effets, en faisant appel aux indicateurs suivants : accroissement des erreurs, réduction de la qualité de la production, perte de productivité, etc.

Exemples d’indicateurs du présentéisme :

  • Temps de travail hebdomadaire moyen réel,
  • Nombre ou fréquence des réunions organisées avant 9h ou après 18h,
  • Nombre ou fréquence des mails envoyés après 20h,
  • Distinction des taux par genre, direction, CSP, etc.


Quel est le coût du présentéisme ?

Selon plusieurs études internationales, le coût du présentéisme pourrait être plus important que celui de l’absentéisme.

  • Une étude américaine de 2004 (Hemp) signale que la productivité d’un employé peut être réduite de 33 % ou plus en raison du présentéisme.
  • Une autre étude, conduite au Royaume-Uni (The Sainsbury Centre for Mental Health, Mickael Personage) en 2009, estime que les "jours perdus" attribués au présentéisme seraient 1,5 fois plus conséquents que ceux attribués à l’absentéisme. Cette même étude estime le coût moyen quotidien à 145 £ (soit environ 170 €) par employé touché par ce phénomène, alors que le coût engendré par une journée d’absence serait de l’ordre de 80 £ (soit environ 95 €).
  • Une étude belge de 2010 menée par le docteur Claudia Put, chercheur à l’Université catholique de Leuven et psychologue à l’hôpital Universitaire de Gasthuisberg, montre, là encore, que l’importance du présentéisme est bien supérieure à celle de l’absentéisme. Selon le docteur Put, "le présentéisme atteint 61 % des coûts totaux relatifs à la santé dans une entreprise, suivi par les frais médicaux (28 %) et l’absentéisme (10 %)".

Au-delà des enjeux de productivité, les enjeux individuels liés au présentéisme sont majeurs. Le salarié ne pouvant pas, ou ne se permettant pas de s’absenter alors même que son état de santé le justifierait, risque d’aggraver son état initial ou retarder le retour à une situation "normale".

Le professeur Sébastien Richard, enseignant chercheur à l’université de Lille 1, émet ainsi l’hypothèse que le présentéisme prolongé serait ainsi précurseur d’arrêts maladie futurs, de moyenne ou longue durée.


Pour aller plus loin

Interview du professeur Sébastien Richard :